top of page
  • Photo du rédacteurvbeauduin

J'aimerais vous présenter Bernard, mon compagnon de route depuis 30 ans...

Dernière mise à jour : 25 févr. 2023

Bernard sans qui le projet ne pourrait pas exister, s'occupe du lieu, en prend soin,

il l'embellit aussi de ses sculptures. Il a construit le chalet avec l'aide de notre fils et d'un ami d'enfance. Bernard est un être intuitif et les mots ne sont pas sa tasse de thé.

Lors d'une promenade en forêt je lui ai posé quelques questions et voici ses réponses que j'ai retranscrites ici.


Moi : Quelle relation entretiens-tu avec ce terrain sur lequel nous vivons maintenant depuis 6 ans ?


Bernard : Ce lieu, ce terrain, c'est une rencontre. On en a visité d'autre, pourquoi nous sommes nous installés sur celui-ci ?

C'est comme une rencontre avec quelqu'un. Comme quand on entre en amour, on ne sait pas pourquoi, l'amour on ne sait jamais pourquoi.

Et comme dans toute relation amoureuse on approfondit en pénétrant le lieu, en ayant avec lui une relation physique, ce qui explique la sculpture aussi, c'est encore une fois une façon d'approcher le lieu, être en relation avec lui, le suivre. C'est un peu magique, comme toute relation, c'est pas quelque chose qu'on achète ni qu'on vend, c'est quelque chose qui se vit au jour le jour avec ses difficultés et ses bonheurs. Le vécu avec le lieu c'est une relation, de moi à lui et de lui à moi.

Dès que tu le regardes, dès que tu le respectes il te montre des chemins et il te suit, c'est étonnant, très chouette. La nature elle ne te laisse pas tout seul, c'est quelqu'un de très vivant, de très intelligent. En m'occupant du lieu j'essaye d'être aussi intelligent que lui...


Tes sculptures sont très présentes sur le lieu, que dirais tu de ton travail de sculpture ?


J'avais commencé à Bruxelles avant de quitter la ville, comme un grapheur, à sculpter les arbres au sol, dans les parcs, les forêts aux alentours de la ville. Je dis comme un grapheur car en ville tout espace est la propriété de quelqu'un ou de la commune, la ville... de cette manière j'ai fait beaucoup de rencontres, beaucoup d'amis. Ici la démarche a pris une dimension de méditation. Se mettre en relation avec le bois, avec l'objet et avec tout ce qui nous entoure.

A un certain moment on ne sait plus très bien qui travaille, si c'est moi ou si c'est la nature.

Les arbres que je travaille sont des arbres qui sont tombés ou ont été coupés et abandonnés par d'autres à proximité du terrain. L'idée est de travailler avec ce qui est là, autour de moi, près de moi. Me mettre en relation avec l'arbre, avec ma force physique, sans l'aide de machine. Je dois pouvoir les déplacer et les travailler juste au ciseau, entrer en dialogue avec cette entité.

Pour moi vendre mes sculptures n'aurait pas de sens, ce serait comme casser un lien naturel entre l'arbre et son environnement.

Il y a comme un appel, la forme même du bois m'interpelle mais je ne sais pas ce qui va en sortir, je ne prédéfinit pas la forme qui va naître, c'est une relation.

Elles ont toutes leur place, elles sont toutes justes, je n'ai pas de préférence.

Le bois dit ce qu'il a à dire, j'essaye de l'aider à dire ce qu'il a à dire.

J'ai déjà eu un sentiment d'échec, j'ai eu l'impression d'avoir raté mon coup mais ensuite à chaque fois je me suis rendu compte que c'était quelque chose que je ne voulais pas reconnaître, la forme que ça a pris. Le sentiment d'échec vient peut être quand je veux y mettre trop de mon égo, peut être, je ne sais pas. Il n'y a pas d'échec. Il n'y a que ce qui est là. Toutes les formes ont le droit d'exister. L'échec ça voudrait dire que quelque chose est mieux qu'autre chose et ça, je ne le crois pas. Tout est simplement ce que c'est.

Et ça il faut pouvoir l'accepter. C'est une bonne leçon de la nature.


Qu'est ce que le yoga t'apporte ?


J'ai commencé le yoga depuis que je suis ici. Ce qui est marrant c'est que sans le savoir, au début je sculptais des postures de yoga. Il faut croire que les arbres ont naturellement en eux des postures de yoga ou que le yoga s'est inspiré profondément de mouvements de la nature. Le yoga me permet d'élargir ma relation avec ce qui m'entoure, à trouver l'équilibre avec ce que je suis et ce qui m'entoure. Le yoga m'aide à aller plus profondément en moi sans jugement, sans mot, sans définition, en acceptant encore une fois ce qui est. Le yoga c'est un outil de paix dans la relation avec moi, les autres et mon environnement.

On respire ensemble.


Comment vis tu, toi qui est un être d'intériorité et de silence, la venue des groupes dans la maison que tu as construite ?



C'est d'abord comme une intrusion, je dois attendre que ça se calme car c'est toujours très bruyant la venue d'un groupe. Bruyant à l'intérieur je veux dire (rire), ce ne sont pas les gens qui sont bruyants, en général ils sont très cool. C'est à l'intérieur de moi que je dois trouver le calme, la paix. C'est toujours riche d'enseignement. Je remercie tous les gens qui sont passés chez nous pour ce que j'ai appris grâce à eux. Les autres te donnent un éclairage différent qui te permet de prendre du recul, enrichit ton regard. La différence te fait avancer. Au plus la rencontre est difficile au plus c'est riche.

Quand les gens s'installent dans la maison, y dorment, y mangent, y partagent c'est parfait, c'est tout simplement parfait, je suis content que les gens s'y sentent bien.


63 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 comentário


pascalekral
02 de mar. de 2023

J'adore ces impressions, si simples, si authentiques et ouvertes à tous les possibles car rien n'est raté, rien n'est au hasard, tout à place et sens. merci VALERIE ET BERNARD

Curtir
bottom of page